Joie dans le voyage


Joie dans le voyage
Pearce Anita

Catalogue : Vie chrétienne
Divers
Format : 13.5 x 21 x 1.2 cm
152 pages
ISBN : 9782880272012
Edit. / Prod. : Edition Foi et Victoire.

Présentation :
​Alors que nous nous dépêchons et nous inquiétons sur le chemin de la vie, nous risquons de passer sans en remarquer les beautés et les joies. Les plus grandes joies ne sont pas nécessairement d’arriver à destination, mais elles peuvent être l’exploration et la découverte de merveilles inattendues le long du chemin.

Dans ce recueil d’observations, amusantes et introspectives, faites à partir d’expériences vécues, nous trouvons des leçons spirituelles pour nos situations concrètes.

Evaluant les aventures de la vie au prisme de la fidélité de Dieu, nous découvrons l’espérance dans les  difficultés, la beauté dans les cendres et la joie dans le voyage.

Vous vous amuserez en lisant ces escapades et vous serez accrochés par ces remarques qui font réfléchir.


Un extrait du livre :

Le trottoir s’arrêtait. Je continuais à marcher sur le côté de la route faisant face aux voitures qui arrivaient. J’étais quelque peu oublieuse des voitures qui passaient en approchant de l’entrée d’une usine locale. Un gros camion 4 x 4 attendait pour sortir et prendre l’autoroute. Je passai devant lui alors que le conducteur attendait que la voie soit libre.
Je ne me suis pas rendu compte qu’il ne m’avait pas vue, occupé qu’il était par les voitures qui passaient. Soudain il commença à avancer. J’étais juste devant le camion sans endroit pour me réfugier et sans délai pour fuir. Je criai le plus fort possible et frappai de la main sur le capot du camion. Il s’arrêta tout contre moi. Quelques centimètres de plus et je passais dessous.
En m’approchant du conducteur, je pouvais voir son visage défait et son expression d’horreur. En fait, il avait l’air vraiment vert. Il me tendit la main et me demanda si j’allais bien. Je le rassurai que j’allais bien. Puis je dis tout-à-coup : « J’aurais pu mourir, mais au moins je sais où je vais. Je serais allée avec Jésus ».
Les yeux encore remplis d’effroi, il s’exclama : « Je suis si heureux de ne pas vous avoir tuée ». Je lui dis qu’il y avait dans le ciel un Dieu qui nous aimait, lui et moi - quelqu’un qui prend fidèlement soin de nous - et je continuai ma marche.
C’est quelques instants plus tard que l’impact de cet épisode me frappa (sans jeu de mots). Bien sûr, nos vies sont à tout moment à un souffle - à un battement de cœur - de l’éternité. Quel espoir nous avons en Christ ! Nos temps sont dans sa main. C’est consolant d’être capables de faire face à la vie et la mort avec une égale assurance que Dieu contrôle toujours tout.